Histoire

Recommander Imprimer

Couverture du numéro 1 de la revue Française de Go (1978)
Couverture du numéro 1(1978)
 
Maître Lim et Nagahara (7p à l'époque) au Trait d'union (juin 1979)
Maître Lim et Nagahara (7p à l'époque) au Trait d'union(juin 1979)
 
Finale du championnat de France 1978. Jérôme Hubert (de face) contre Patrick Zemb. Rouen, novembre 1978
Finale du championnat de France 1978. Jérôme Hubert (de face) contre Patrick Zemb. Rouen, novembre 1978
 
Lim commente en direct la finale du championnat de France 1978 (on aperçoit le reflet d'André Moussa dans le miroir) Rouen, novembre 1978
Lim commente en direct la finale du championnat de France 1978 (on aperçoit le reflet d'André Moussa dans le miroir) Rouen, novembre 1978

En 1978, à la suite du premier Congrès Européen de Go, organisé en France, quatre mousquetaires décident de créer l'association "Revue Française de Go" : François Petitjean, Gérard Gabella, Pascal Reysset et Jérôme Hubert. Un cinquième, Jean-Pierre Lalo les rejoint l'année suivante. 

Ce projet n'était pas le premier du genre : au début de la décennie 1970, Go revue avait été lancée par l'Impensé radical de Luc Thanassecos, éditeur, entre autres, du Traité du jeu de go de Roger J. Girault (1970). Elle avait disparu après quelques numéros car, à l'époque, le nombre de joueurs français n'excédait pas de beaucoup celui du nombre de pages de la revue !

Les seuls ouvrages disponibles en français étaient le Petit traité invitant à la découverte de l'art subtil du go de Lusson, Pérec et Roubaud (1969) - livre curieux qu'on peut difficilement qualifier d'ouvrage pédagogique - et le Traité de Girault. Restait la littérature en anglais, avec, côté revues, d'abord Go Review, éditée par la Nihon Ki-in, qui disparaîtra au printemps 1977 et sera remplacée par Go world et, côté livres, les collections d'Ishi Press récemment créées.

Quelques années plus tard, le nombre de joueurs a cru considérablement. A Paris, la salle du Club de Go de Paris au Trait d'Union, un café de la rue de Rennes où Maître Lim officie quotidiennement, ne désemplit pas. En province, des clubs ont été fondés dans les grandes villes. Les premiers stages estivaux sont organisés par Pierre Aroutcheff. A la même période, l'Association Française de Go se transforme en Fédération.

La situation est mûre pour créer une revue ! C'est de Rouen que vient l'initiative, car le club local, fondé en 1974, est actif. La finale du championnat de France 1978 - gagnée par Jérôme Hubert - y est organisée quelques semaines avant la sortie du premier numéro. La Revue sera donc un organe indépendant de la Fédération Française de Go, quoique publiée " en liaison " avec elle. Ce n'est qu'en 1999 que GO-Revue française de Go deviendra un organe de la Fédération.

Le défi reste de taille mais le succès est à la clé : les ventes par abonnement se multiplient et quelques sponsors achètent des pages de publicité. L'équilibre financier est assuré. Le pari est remporté. Dans les autres pays occidentaux, des initiatives analogues ont vu le jour et l'on voit apparaître des revues de Go en Grande-Bretagne, en Allemagne, aux Pays-Bas, aux Etats-Unis...

Quelques 30 années et presque cent trente numéros plus tard, la Revue est toujours là ! Les équipes se sont succédées : après Rouen, la rédaction est passée par Nantes, avec Alain Héaulmé et Maria Irano, pour venir finalement s'installer à Paris où Dominique Cornuejols reprendra le flambeau, suivie par beaucoup d'autres.

En 2012, après une période incertaine d'un an sans parution, le projet est relancé avec en plus la création d'une version électronique afin de s'adapter aux nouvelles attentes de notre lectorat.